IMG_0210.JPG

La tristesse que les Dieux expriment…
La dichotomie des sentiments et de la raison…
La nature, la passion et ses démons…
Le jour où l’âme se cherche pour instruire sa raison d’être…
Chaises vides et pourtant je suis assis à pleurer les larmes de mon corps…
Malgré la perception, je suis assis ici, comme nous le faisions toujours…
J’attends toujours ta présence sur la chaise rouge…
Me disant que tu as froid lorsqu’il fait chaud…
Dévorant avec moi le ciel étoilé, les animaux forestiers et la lune éclairée…
Me demandant de tenir ta coupe de vin pour gérer le chasse moustique…
Moi te donnant la main pour gérer le paysage magnifique…
aspergé par la contemplation, se laisser bercer par les vagues caressant les rochers…
La pleine lune éclairant la surface de l’eau…
Lorsque la surface de notre âme se fait refléter par nos être qui s’uni dans la nature…
Des années de réflexion sur un moment inouï et pure…
Chaque gouttelette comme un précipice de la conscience…
Une amertume qui dissipe l’humidité…
D’un air frais, calme et nostalgique…
Une césure dans le temps qui détruit l’humilité…
Avec la froideur que je me noie avec chaque pensée…
Beaucoup d’effort pour respirer une petite bouffée…
humidité humectée par tes lèvres lorsque mes yeux, sur mon oreiller se ferme…
caressant le rêve de ta personne toujours à mes côtés…
Ne doutant plus jamais que lorsque mes yeux s’éveillent, le soleil se lève…
Mais aujourd’hui la pluie…
Le jour à travers la nuit…
J’espère que demain, réalité ne sera qu’allégorie…
Mauvais rêve à jamais lancé à l’oublie…
Caverne à laquelle lanterne est fournie…
Afin que réalité soit belle et bien entre mains bien garnies…
Ton amour et tes seins…
Tes soupirs et tes fesses…
Ton bien être est le miens…
À ton amour je confesse…
Prend ma main pour demain,
Car hier, c’est déjà loin…

Par : Jimmy Marquis
Fait le : 7 juin 2015

Publicités