Une Liberté inerte

 

 

Par une journée pas comme les autres, je me senti si libre et si léger. Je marchais dans le sable sec près de l’écoulement des vagues du pacifique, voyant les grains épouser et dorloter mes pieds. Je me sentais si bien sur cette plage, avec les arômes salés et l’amertume que l’océan peut transmettre par ses odeurs. Le chant des oiseaux et les gens derrière moi qui courait en jouant au “frise-bee”. Le soleil jaïssant sur ma peau entre coupé de passage nuageux donnant un répits agréable de cette chaleur envoutante et libératrice. Marche plutôt lente, comme si j’avais une canne. Lenteur que je rapporte sans doute à une ancienne blessure, j’en suis plus sûre. Les yeux écarquillés et dans un vide total j’arriva sur une petite falaise donnant sur la mer. Dans un élan de bien être, je m’y suis laissé aller afin d’éveiller mes sens à l’eau turquoise qui m’envoûte. C’est au moment où je toucha l’eau…
Je senti un pincement sec et abrupte…
HURLEMENT…

Par une journée pas comme les autres, je me sentais pratiquement libre, mais stressé. Je marchais dans un long couloir, pieds nus et j’y voyais des écorchures, du bleu et des mousses granuleuses. Marchant dans ce macabre couloir, j’étais dans une dualité d’espoir et de peur. Les odeurs vinaigrés n’était pas sans me rappeler un hôpital, vous n’imaginez pas l’angoisse que peut transmettre cette idée. Les racaillements que l’on entend dans une alerte à l’intercom, les lumières du plafonnier qui sursaute d’instabilité et les gens derrière moi, courant et échappant ce qui semble être un cahier de notes. J’essais de marcher plus vite, mais il m’apparaît que je suis enchaîné à une sorte de paterre avec un sac remplie de liquide. Abasourdie, je perçois que je suis limité et sans doute blessé. Les yeux écarquillés, remplie d’incompréhension et de terreur. Ayant, pour combattre le vide qui m’habite, la seule conviction que je dois franchir la porte au bout du couloir. La porte où l’on voit une lumière vive et invitante. Enfin, je franchi la porte et…
Je senti un pincement sec et abrupte…
HURLEMENT…
Me voilà, à nouveau sur la plage, par une journée particulière…

Jimmy Marquis
2 février 2017.

Publicités

Synchronicity

Where are you now…
Shining though your title or should I say titles…
you live my dream while being a dream girl…
you deserve it all, more than me, obviously…
I should get advice from you, even though it’s affection I would seek.
You are perfect beyond perfection…
Smartest I know and as beautiful that you are, it makes me relate…
even though I probably don’t deserve to be in the same sentence as you…
in you’re infinite grace, you’d probably say something smart meaning that my confidence is all I really need…
Because, in all your grace and intelligence… heart is what really defines you.
A perceptive person can see and feel this…
But how come I need you as a human needs breathing…
Something is drawing me towards you…
I remember feeling this way, way back then, but ignored it.
Maybe if I didn’t, today I wouldn’t feel like I have an asthma effect everytime a glimpse of you gets into my sight…
Oh well, I’m not one to defend destiny, but all I can see…
is that my destiny doesn’t seem in sink with yours… or does it?
No, it probably doesn’t.

– Jimmy Marquis – July 23th 2016

Stealth Love

 

You probably know without knowing.
Best and worst kept secret, but since the first time I saw you, I felt the passion born and burning.
Every time I get to see you, Every time I get to hear your voice, it takes me awhile to stand again.
The mere respond from you keeps my soul warm as could be.
I know it’s never meant to be, but I’m not one to ignore a deep heartfelt feelings.
I will have to learn to fade away cause how you make me feel won’t.
I could travel a hundred miles only to see you smile.
Even without you by my side, I get comfort in remembering your beautiful smile.
All I really need, is to know that you are and ever will be happy.
Words can’t even start to describe how I feel about you…
Nor, how you did shatter my world when I met you for the first time.
Since then, I can’t erase what could be. Wake up every day knowing that dreams can be chased, but not you.
The ounces of hope that travels through me… even by mistake…
They make me breathe again and can’t wait for the next one…
I hope it won’t be at my wake that you will show warmth, I’d like to be there and awake…
Life’s short, but even a short life with you, can be spelled a fulfilled life.

Sign anonymously by: Jimmy Marquis. 🙂

Cette Semaine…

 

Par pure hasard…
J’ai fait des rencontres inspirantes…
Coup sur coup, rien de réellement prévu ou planifié…
Des entrevues, des gens, de la vie, de la réalité me frappant comme un signe…
Me révélant à moi-même mon passé et me rappelant qui j’étais et donc, qui je suis…
Un rappel que chaque moment, chaque instant et chaque rencontre est la chance de changer la vie de quelqu’un de façon positive…
Je dis cela en tant que rappel personnel, mais sans doute que la réalité est telle que…
Ce sont les artisans de mes rencontres qui sont les vrais responsables du « changer la vie de quelqu’un » et ce, à leurs humble façon, mais tant efficace…
J’ai eu quelques poignés de mains et quelques sourires qui, pour moi, aussi banale que cela puisse avoir semblé, est et sera important…
Aussi loin que je puisse me souvenir…
Aussi profond en moi que cela puisse m’avoir touché…
J’ai toujours eu la profonde douleur, angoisse et volonté de vouloir aider mon prochain dans les pays pauvres et sous développé (notamment)…
Très jeune, j’avais les larmes aux yeux lors de certaine publicités…
Le cœur criant à l’injustice et la volonté criant au combat…
Réalisant très tôt que ma volonté et ma force était plus que limitées…
Jusqu’à ce que la claque que je me devais d’avoir me soit donné par un sourire et un regard honnête…
Mon regard en retour, un regard de « je suis là et me battrai comme je peux » fait et fera une différence certaine…
Si près et si proche, dans mon environnement si « beau » et si « parfait »…
Cachant en réalité les imperfections du monde dans un velours mal formé et pourtant si vénéré et respecté…
Loin de moi l’intention de faire pitié ou de donner de la pitié…
La pitié ne sert personne. Les aléas de la vie et les angoisses vécues ne seront jamais nécessairement facile… Car dans mes chaussures, je les vies comme je peux…
Cela dit, avec peu d’effort de perspective et de compréhension du monde…
Un souffle avec les lunettes de chaque vivant, de chaque ethnie et de chaque souci…
Le consensus sera toujours, il y a pire. Est-ce que cela mérite de nier ou de fuir nos soucis?
Certainement pas, mais comme la pureté de l’eau qui découle d’une vague soufflé par un vent digne de la foudre des « Dieux »…
La relativisation permet de prendre un souffle… Inspirer et expirer…
En laissant chaque cellules, chaque sensations, chaque moment du passé, chaque souvenirs et chaque aspirations devenir un moment présent…
Tout devient si minime et ce, peu importe l’affectation qu’on laisse « X », « Y » et « Z » avoir…
Tout devient soudainement Universel…
C’est cette fraction dans la scission du temps qui me permet d’être heureux, triste, mélancolique…
Qui me permet de vouloir me battre, d’aider mon prochain et de tendre la main…
C’est ce moment, cette scission du temps, qui me permet de connecter mon âme et de recharger…
Telle une voiture électrique à une borne de rechargement sans cordon…
L’identité de l’universalité est là où je souhaite signer.

PAR : Jimmy Marquis
Fait le : 4 juin 2016

Soul Pleureur

IMG_0210.JPG

La tristesse que les Dieux expriment…
La dichotomie des sentiments et de la raison…
La nature, la passion et ses démons…
Le jour où l’âme se cherche pour instruire sa raison d’être…
Chaises vides et pourtant je suis assis à pleurer les larmes de mon corps…
Malgré la perception, je suis assis ici, comme nous le faisions toujours…
J’attends toujours ta présence sur la chaise rouge…
Me disant que tu as froid lorsqu’il fait chaud…
Dévorant avec moi le ciel étoilé, les animaux forestiers et la lune éclairée…
Me demandant de tenir ta coupe de vin pour gérer le chasse moustique…
Moi te donnant la main pour gérer le paysage magnifique…
aspergé par la contemplation, se laisser bercer par les vagues caressant les rochers…
La pleine lune éclairant la surface de l’eau…
Lorsque la surface de notre âme se fait refléter par nos être qui s’uni dans la nature…
Des années de réflexion sur un moment inouï et pure…
Chaque gouttelette comme un précipice de la conscience…
Une amertume qui dissipe l’humidité…
D’un air frais, calme et nostalgique…
Une césure dans le temps qui détruit l’humilité…
Avec la froideur que je me noie avec chaque pensée…
Beaucoup d’effort pour respirer une petite bouffée…
humidité humectée par tes lèvres lorsque mes yeux, sur mon oreiller se ferme…
caressant le rêve de ta personne toujours à mes côtés…
Ne doutant plus jamais que lorsque mes yeux s’éveillent, le soleil se lève…
Mais aujourd’hui la pluie…
Le jour à travers la nuit…
J’espère que demain, réalité ne sera qu’allégorie…
Mauvais rêve à jamais lancé à l’oublie…
Caverne à laquelle lanterne est fournie…
Afin que réalité soit belle et bien entre mains bien garnies…
Ton amour et tes seins…
Tes soupirs et tes fesses…
Ton bien être est le miens…
À ton amour je confesse…
Prend ma main pour demain,
Car hier, c’est déjà loin…

Par : Jimmy Marquis
Fait le : 7 juin 2015

Attitude Of The Gods

« Without Shackles I should soar higher than the dominances…
Even without wings, fufill my purpuse and earn freedom…
Battle the wip of the Gods themselves as I elevate through the heart beating within my breasts…
Higher stations would have me believe weak and good for slavery…
Wiser thoughts invade my mind as my tongue spoke upon it…
The blessings of oneself is to his own choosing…
Even with sword in stomach, one can be free…
No soul can take your spirit if spirit is truly yours…
When shackles is covering my ankles and betrayal surrounding me is to occur…
Keep in mind that I am free to be wiser…
The only place I can go is up and rise among the Gods… »spartacus04J
Words of Jimmy Marquis
may 17th 2015
-Inspired by the Spartacus Tv series-

Engraved Belief

Always felt an engraved belief
That one day, hope won’t only be a dream
It will come as destiny, and finally a relief
Potential to be realized, tired of the forced compremise
I don’t want to look back as a lost soul wondering why… at my demise…
Always felt I could be the key
hate the fact I need money to pay the fee
just to turn the lights on
I feel blessed but left alone
Always knew I could contribute to the world
Hate the thought that it might just be as a fertilizer
as I rest my soul and leave behing a name engraved in stone
I need to pierce the shell of this overcoming Dome…
Take over and be the King of my Rome.
But as I rule my own city, I need to have the ressources to help my people
As I rule my thoughts and comprehend my happening
As I feel and embrasse the anxiety of my mortality
I need to have the ressources to be all that I can be
I am but a shell of who I am and who I need to be
Shells crack, But I never do
I emotionally leave scars to my living tissue
But my mindstate stays true
Because, even if it’s all I leave behind, I stay as strong as a rock
Pain’s only a sad shadow living on my edge
But I’m as meaningfull as stonehenge
Might be rough around the edges but there’s a higher power to fufill and understand
Engraved in my environnement and leaving people confuse
But letting go of what I always knew and felt, I simply refuse…
I don’t want oneself to write a book of righteousness when I’m gone…
I want to write the book that will make sense before I am actually gone.
A ghostsoul engraved in humanity…
An engraved belief left upon me…
But a credibility that no one will find the courage to give me
It’s alright, because engraved souls are the common subject of mystery
Without mystery, there’s no dream…
Bad for me to take it away… atleast… so it seems…

By: Jimmy Marquis
February 9th 2015

Les pleurs que je possède…

Les pleurs que je possède…
Les pleurs que je partage…
Ce sont les pleurs de mon âme…
Des larmes sacrées, un sentiment porté sur le dos d’un âne
Les jugements condamnes, cependant, la compréhension recharge l’arme
Les pleurs que je possède…
Déversement plus puissant que la Normandie
Plus puissant qu’autrui voulant être bandit…
Ruisselant sur ma joue comme un ruissellement du Nil
Scintillant sur ma joue comme un miracle en péril
Lumière tombante, soleil levant…
Solstice reluisant, équinoxe dormant…
La parole voulant s’exprimer en chant…
Tout ce qui se transfère est un sifflement…
Terrifiant puisque seul et condescendant…
Comme une harmonie écrite sans musicien…
Une feuille de papier oublié par le magicien…
Révélant plus qu’une carte et sa couleur…
Écartant la pensée dans son leurre…
C’est là que les pleurs possèdent mon heure…
Les mots du cœur ne comprennent pas l’âge…
Un Âne sacré porte des larmes chargé…
Jusqu’à ce que jugements soient oublié…

PAR : Jimmy Marquis
19 janvier 2015

El corazón de una madre

El corazón de una madre


Because their hearts are linked in, sinked in…
Tears of hope, tears of joy and tears of pure love
She, Proud to be a mother, He, proud to be a son
Miracle of life, I, Proud to be an uncle
I, Proud to be a brother to a magical women and mother
Full of life, enthousiasm overwelming anyone in miles of her
Her son following in her footsteps
Smiles blinding heartaches, refreshing souls
Words can’t even start to describe how much I love them
She has him tatooed on her, He has her engraved in his heart forever
I got them tatooed on my soul
I want life to be fair, I’m stressed, full of anxiety
Because life needs to be kind
Life needs to be rich and fufilling
I am the sword for those who’ll be unkind
The Samurai way of thinking for justice in the making
Because, For I, am Not a King
But for them, I would give my Soul.

By : Jimmy Marquis
Writing time: approx: 20 minutes
October 19th 2014

Free

Free

I’m Free Flowing, Free falling…
Mindstate liberating, calling for a new melody
Peace of mind my new remedy
I’m free glancing, seing through the mist of incertainty
Free dancing, moving through the steps of Chaplin
Sunlight through darkness coming, a sense of happening…
Free Verbaly, without hesitations, I’ll be singing,
Ripping through souls like the Lion King
Free will, I be writing, thinking I can touch people, but they aren’t reading.
Many projects in development are up lifting…
Free critics will be denying…
Musically vain, litterary insane, words are mundane…
Pain still free, inspiring minds from centuries.
Buried deep, the pain killers aren’t born yet.
Free spirit blossoms, grooms wants threesomes, but still love is their best bet.
Bet you that freedom will always be a concept.
Free of mind, this is when you freeze and bleed…
Pain circulating, leaving your arteries…
I am free failing this thought, deep in the cimetaries…

By: Jimmy Marquis
October 13th 2014